Quelles séries regarder ? La sélection de Anne

milo_ventimiglia_this_is_us

En ce long week-end de 15 août au temps maussade, je vous propose 6 séries à regarder vautré (ou non) dans votre canap’.

 

La meilleure : The Handmaid’s Tale

Si vous suivez l’actu des séries, vous n’avez pas pu passer à côté de cette série événement.

On plonge dès les premières minutes dans la République de Gilead anciennement les Etats-Unis. Pollutions environnementales et MST ont provoqué une baisse drastique de la fécondité et de fait du nombre de naissances. En réaction, le gouvernement traditionnel a été renversé pour se transformer en système politique totalitaire encadré de près par l’armée, où la reproduction humaine est réglementée. Une nouvelle société « simplifiée » où les hommes y sont soit au pouvoir soit travailleurs. Les dissidents, les homosexuels et les prêtres catholiques sont pendus sur la place publique.

Le rôle des femmes dépend de leur statut social et de leur capacité à procréer : les Epouses sont les femmes des dirigeants, les Marthas s’occupent de la maison et les Servantes sont dédiées à la procréation, sous l’œil vigilant des Tantes. Leur catégorie est marquée par la couleur de leur habit. Vert pour les Epouses, gris pour les Marthas, marron pour les Tantes et rouge écarlate pour les Servantes. On suit June, interprétée par la fantastique Elisabeth Moss, affectée à Fred Waterford, commandant, et sa femme. Son nom devient alors Offred (autrement dit : de Fred). On y découvre sa vie actuelle et passée, le processus pour devenir Servante ainsi que toutes ses frustrations, ses peurs, ses découragements,…

Ayant lu deux fois le prodigieux livre de Margaret Atwood (dont la série est tirée), j’étais ravie de découvrir son adaptation pour le petit écran. Cette dystrophie politique nous projette dans une société où les droits des femmes n’existent plus. Une fiction spéculative qui pointe du doigt la fragilité de nos sociétés actuelles. Un univers aussi anxiogène qu’addictif. Si vous ne devez garder qu’une série, ce serait celle-la !

 

 

La feel good : This is us

Je ne suis généralement pas fan des mélodrames familiaux. Je trouve toujours ça trop larmoyant, sans grand intérêt. Pourtant je me suis fait séduire par This is us. La présence du beau Milo Ventimiglia n’y est pas étrangère je l’avoue ^^. La puissance de cette série est de sublimer une histoire de vie relativement banale. L’histoire des Pearson. Jack et Rebecca d’abord, leurs triplés Kate, Kevin et Randall ensuite, les filles de Randall enfin. Chaque épisode alterne entre les décennies, expliquant ainsi le passé familial et son impact sur le présent.

Les personnages sont attachants, leurs questionnements peuvent être les nôtres. On entre dans leur vie avec facilité, on pleure et on rit à leur côté. Cette série fait autant de bien qu’un fondant au chocolat (les calories en moins). On se heurte à des problématiques dures – la mort, l’échec, la solitude – mais les moments de joie et de complicité finissent toujours par reprendre le dessus.

La plus drôle : Trial and Error

Si vous avez adoré Parks and Recreation, vous aimerez Trial and Error. Ce mockumentaire se veut une satire des documentaires format séries en vogue actuellement. La caméra y suit Josh Simon, jeune avocat new-yorkais qui se retrouve dans une bourgade de Caroline du Sud pour défendre un poète loufoque. Accusé d’avoir tué sa femme, ce dernier risque la chaise électrique. Pourtant il semble plus soucieux de ses patins à roulettes que du défunt être aimé. Propre à ce style, le spectateur a un rôle dans l’histoire puisque la caméra est souvent prise à partie.

Si l’histoire a peu de profondeur, les personnages, eux sont hauts en couleur. La qualité des acteurs aident aussi beaucoup au comique de cette série. A regarder au 2ème voir 3ème degré :-).

 

 

La plus polémique : 13 Reasons Why

Si cette série fait autant débat sur les réseaux sociaux c’est que, si elle vise à alerter sur les risques du suicide, certains la perçoivent comme une glorification de ce danger.

« Salut, c’est Hannah, Hannah Baker. J’espère que vous êtes prêts, parce que je vais vous raconter l’histoire de ma vie. Ou plus exactement, la raison pour laquelle elle s’est arrêtée. Et si vous êtes en train d’écouter ces cassettes, c’est que vous êtes l’une de ces raisons. » C’est ainsi que débute 13 Reasons Why, série Netflix tirée du livre de Jay Asher. Quatre phrases qui résument le synopsis. Suicide et harcèlement scolaire y sont mis au grand jour de façon brute et sans tabou. En guise de lettre d’adieu, Hannah, belle lycéenne lambda, enregistre 7 cassettes audio recto verso – support vintage pour une Millenials comme elle – sur lesquelles chacun des protagonistes de sa mort sont mis en lumière.

Si vous craignez que cette série soit destinée uniquement à un public jeune je vous rassure, elle est tout à fait adaptée aux adultes. Une histoire puissante qui ne laissera personne insensible.

 

 

La plus haletante : Big Little lies

En lisant le synopsis de Big Little lies, je pensais que la série serait une nième variante de Desperate Housewives. L’histoire se déroule dans la ville huppée de Monterey (Californie) où des mères de famille entretiennent des relations conflictuelles avec leurs maris, se lient d’amitié ou s’écharpent entre elles, vivent dans des maisons bourgeoises de bord de mer. La comparaison s’arrête là.

La première scène de ce thriller débute sur un corps retrouvé mort sur la plage. Qui est la victime ? Qui est le responsable de ce meurtre ? Pour quel mobile ? Autant de mystères que l’on cherche à élucider au cours des 7 épisodes. On est vite entrainé dans ce tourbillon angoissant, on partage la complexité de ces personnages, leurs doutes, leurs angoisses. Derrière les façades parfaites se cachent des relations tendues, souvent au bord de la rupture. Toute la série est centrée autour de la violence – notamment faite aux femmes et trop souvent passée sous silence – et du désir.

Un montage rythmé et un casting de folie (Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Shailene Woodley, Laura Dern) pour une série qui accroche le spectateur dès les premières minutes.

 

 

La plus engagée : Dear White People

Adaptation du film éponyme sorti en 2014, Dear White People met en avant la vie d’étudiants noirs dans la prestigieuse université fictionnelle de Winchester. La série satirique débute par une Blackface party, soirée raciste envers les noirs par excellence. Le principe ? Des blancs se peignent le visage en noir en parlant d’une certaine manière et écoutent de la musique « pour noir ». En gros, une sorte de farce de l’autre qui existe depuis des décennies…

En réponse à ce racisme mondain, Samantha White, étudiante métisse, crée une émission intitulée Dear White People dans lequel elle dénonce, souvent avec humour, ce phénomène. Chaque épisode prend le point de vue d’un personnage différent, tout en continuant l’histoire. Chacun perçoit et combat ce racisme à sa façon, parfois de manière diamétralement opposée à celle des autres. Les problématiques inter-sectionnelles sont aussi développées avec tact : est-on noir ou blanc quand on est métisse, être une femme noire, être un homo noir, être noire et sortir avec un blanc… Un sujet lourd, traité de façon drôle et une BO au top.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

Un commentaire sur “Quelles séries regarder ? La sélection de Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *