Aladdin sur Broadway : a whole new world

aladdin voeu exaucé

Vous l’avez compris, début août, j’étais à NYC. Et quoi de plus newyorkais que de se faire une comédie musicale sur Broadway ? Alors j’ai frotté la lampe magique et vœu exaucé : j’ai vu Aladdin !

aladdin anne lampePour commencer : les billets

Astuce qui se répand, vous pouvez avoir des billets pas trop chers pour assister à une comédie musicale on et off Broadway en allant tôt faire la queue à l’un des TKTS de Manhattan. Sachez cependant que ces billets peu chers n’existent pas pour les têtes d’affiche du moment. Du coup, si vous voulez voir le Roi Lion, Aladdin et autres « blockbusters » de la comédie musicale, passez votre chemin. Par contre, pour des plus anciens comme Rent par exemple, ça vaut vraiment le coup !

Autre plan potentiel : des gens dans la rue. Je pense que ca peut valoir le coup si vous ne restez que 2 ou 3 jours et que le théâtre a déjà vendu ses places les moins chères. Une solution pour avoir des places pour le soir même mais à un prix supérieur de leur valeur d’achat initiale.

Nous on était là pour 8 jours et pas d’impératifs précis pour les soirées donc on est allé directement au théâtre New Amsterdam, où Aladdin est joué. En discutant un peu avec le vendeur on réussit à chopper deux places les moins chères pour le vendredi soir 🙂

billet aladdin broadway

Le théâtre New Amsterdam

Pour l’histoire, ce théâtre portant l’ancien nom de New York a ouvert ses portes en 1903. Avec 1702 places, il devient le plus grand théâtre de Broadway (aujourd’hui le 2ème après le théâtre Winter Garden). Dans les années 30 la crise oblige New Amsterdam à tirer le rideau et faire place à un cinéma. La magie Disney opère en 1997 qui rouvre le théâtre pour des spectacles. Une bonne étoile.

L’intérieur est sublime, avec ses balcons, la vue sur l’orchestre les drapés, les moulures… Point très positif : même les places pas chères ne sont pas toute pourrie. Pas de place derrière un poteau ou une enceinte. Pas de point mort si vous avez un grand devant vous puisque le théâtre est très pentu (un peu comme le grand Rex de Paris pour ceux qui connaissent). Et puis y a des coussins en cuir pour les enfants (ou les petits adultes comme moi) qu’on peut poser sur son fauteuil.

new amsterdam theater

Aladdin, quel Génie !

Réalisé et chorégraphié par Casey Nicholaw (gagnant d’un Tony Award pour The Book of Mormon et mis en musique par Alan Menkin (vainqueur aux Oscars pour Newsies, La Petite Sirène, La Belle et la Bête,…), Aladdin est une production de stars.

Bref, excitée comme une enfant la veille de Noël, je trépignais sur mon siège avant que les Mille et une nuits n’opèrent de leur charme. Je passe sur le synopsis puisque l’histoire et les chansons sont calquées sur le Disney (avec des bouts en plus évidemment).

aladdin3

La lumière s’éteint et les nuits d’Arabie s’éclairent. C’est du très grand show pendant 3h. Aucun temps mort, une avalanche d’acteurs, de musiques, de costumes dans un rythme effréné ! Une énergie communiquée à la salle qui a fait fondre une pluie d’applaudissements sur la scène dès la dernière note jouée.

Aladdin3

Il faut avouer que tous les ingrédients y sont. Plus de 30 acteurs de très haut niveau enchainent les scènes (108 changements de costumes en moins d’une minute tout au long du spectacle) parés de 337 costumes luxuriants, tous confectionnés main. Pour l’anecdote, un pantalon d’homme de la scène finale comprend 1428 cristaux Swarovski !

aladdin2

De nombreux temps forts comme le tapis volant : oui oui le tapis « vole » !! Dans la scène « Prince Ali », la foultitude d’éléments est impressionnant. La scène finale est éblouissante. Mon plus gros coup de cœur : la Caverne aux merveilles. L’apparition du Génie sur la scène reste un mystère et la puissance de son acteur, James Monroe Iglehart, donne des frissons. Il a d’ailleurs été récompensé d’un Tony Award pour ce rôle en 2014. Par la force de son jeu et sa capacité d’envouter le public, il nous fait presque oublier Aladdin. Pourtant, Adams Jacobs (le comédien) est aussi une pointure.

aladdin1

2014 Tony Awards - Show

On m’avait prévenu que les shows sur Broadway, même ceux importés en France (notamment au théâtre Mogador), étaient d’un niveau supérieur. C’est peu dire. Vous en prenez plein les yeux ! Si vous êtes à New York, vous aussi faite ce rêve bleu…

 

Pour l’anecdote de fin : le comédien Jonathan Freeman incarne à la fois Jafar sur la scène et dans le Disney (version originale) 🙂

jafar

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

Un commentaire sur “Aladdin sur Broadway : a whole new world

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *